La jeunesse patriote se fait tuer sous les coups de la racaille

Patriote de chaque fibre de son être, Luigi avait décidé, à 23 ans, de consacrer sa vie à son pays. Candidat dans un des seuls partis patriotes aux élections départementales pour défendre la France de l’intérieur, il comptait s’engager dans les forces armées pour défendre ses intérêts à l’extérieur.

Il est mort hier, dans un hôpital de Tarbes, succombant aux blessures que lui infligèrent un groupe de petits malfrats, au sortir d’une boite de nuit.

L’UEP présente toute ses condoléances à la famille, s’associe à son chagrin et regrette qu’un homme de valeur, fidèle et droit, ait quitté ce monde.

Toutefois, c’est moins la tristesse que la colère qui nous anime. D’abord contre la racaille qui s’est permis d’ôter la vie à Luigi, qui lui était infiniment supérieur. Ensuite et surtout contre ceux qui, parmi les hommes politiques ont encouragé et encouragent encore ces bandes à perpétrer leurs crimes. Ils sont nombreux, mais leur responsabilité n’en est que plus lourde.

Ce sont ceux qui ont mené, depuis trente ans, une politique pénale consistant à entourer le délinquant d’une impunité totale, ceux qui ont ouvert les portes de nos terres à une immigration aux proportions astronomiques, ceux, enfin, qui usent de leur pouvoir et de l’argent du contribuable pour inspirer la haine, désigner les partis et militants patriotes comme des cibles à abattre. Le sang de Luigi et de tant d’autres est sur leur mains, des mains tout aussi criminelles que celle de ses meurtriers.

Tombé face à l’ennemi, sa mort ne devra pas rester impunie.

Un commentaire sur “La jeunesse patriote se fait tuer sous les coups de la racaille

  1. Et la racaille est opprimé par la société mais on en fait pas tout un drame. Pourtant on devrait, en tant que Nation des droits de l’Homme et du Citoyen.

Laisser un commentaire