POURQUOI « LES RÉPUBLICAINS » VONT SOMBRER

Quoique le système médiatique ait choisi de faire silence sur ce sujet, les primaires des Républicains n’en montrent pas moins que le parti est coupé en deux.

Le camp de la droite
Il avance dispersé, ce qui lui coûtera probablement la victoire au mois de novembre. Prenez une ou deux idées chez chacun des cadres suivants, rassemblez-les, vous obtenez un programme cohérent pour un patriote. Hervé Mariton mène le combat pour la famille, Bruno Lemaire lance l’assaut pour l’identité Française, Laurent Wauquiez dresse l’étendard de la souveraineté nationale, Thierry Mariani entend sauver l’amitié multiséculaire entre notre pays et la Russie, etc. C’est le camp de la droite, du moins, ce qu’il en reste au sein du parti, et il y a de fortes chances qu’il écoppe d’un candidat centristes aux élections présidentielles.

Le camp d’Alain Juppé
– répète ne pas souhaiter revenir sur le mariage pour tous (note 1).
– qualifie les tentatives pour rester en bon termes avec le Krmelín, dont nous partageons les préoccupations, « d’accès de russophilie aiguë » (note 3).
– considère que « le regroupement familial est un droit » (note 4).
– et pour lequel « il n’est pas de réponse efficace en dehors du cadre commun européen » (note 2).

Certes, il y a dans d’autres partis des divergences de vues. Au sein du FN, la presse fantasme sur d’hypothétiques incompatibilités. Pourtant, entre un Florian Philippot qui affirme l’opportunité d’un retour à une monnaie nationale et désavoue le projet européen de dilution des souverainetés nationales, et une Marion Maréchal-Le Pen qui cible davantage l’identité et la famille, il n’y a que divergences de priorités.
Au sein du PS, les Français n’ont pu que constater, pendant l’épisode des manifestations anti-loi Travail, le clivage entre ceux qui entendent pulvériser l’ultralibétralisme, du moins conserver les privilèges d’une époque où la mondialisation n’avait pas bouleversé les systèmes sociaux occidentaux, comme les CGTo-Frondeurs et ceux qui transposent servilement en droit français les directives… ultralibérales qui sont rédigées à Bruxelles et tamponnées à Strasbourg.

Or, curieusement, les médias se concentrent exclusivement sur ces deux partis et leurs clivages respectifs, laissant « Les Républicains » dans l’angle mort. Mais qu’en sera-t-il si Alain Juppé remporte les primaires ? Les médias entendent-ils conserver l’unité des bons électeurs de droite autour du digne successeur de Hollande ?
Ce qu’on observe chez Les Républicains, ce n’est pas une divergence entre courants, cela relève d’un fossé entre deux mouvances aux idées et objectifs totalement exclusifs l’un de l’autre, qui recouvre un clivage entre parti des électeurs et parti du candidat.

Pourtant, fait étrange, tout le monde semble trouver normal que le premier, le parti de droite se donne entièrement et sans contrepartie au parti d’Alain Juppé, que nul, étant sain d’esprit, ne peut qualifier autrement que de centre-gauche.

Nous invitons donc les électeurs des Républicains, dont certains sont dans nos rangs, à bien considérer la chose. Que ferez-vous, où iriez-vous, si le parti pour qui vous avez l’habitude de voter devait mettre ses moyens humains et financiers – rappelons-nous que l’UMP avait tranquillement pu puiser 11 millions d’euros dans la générosité de ses sympathisants en 2013 – tous ses moyens, disions-nous, au service d’une politique immigrationniste, anti-souverainiste, libertaire et atlantiste ?

Est-ce cela que vous souhaitez pour la France ?

Note 1 http://www.sudouest.fr/…/mariage-pour-tous-juppe-s-oppose-a…

Note 2 http://www.lemonde.fr/…/oui-a-l-europe-debout_4915508_3232.…

Note 3 http://www.lefigaro.fr/…/97001-20150421FILWWW00376-umpjuppe…

Note 4 http://lelab.europe1.fr/pour-juppe-la-suspension-du-regroup…

Laisser un commentaire