« Paroles Non Blanches » : apartheid à Paris VIII

L’Union des Etudiants Patriotes a adressé un courrier à Madame Danielle Tartakowsky, Président de l’Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis, pour lui demander d’annuler la conférence « Paroles Non Blanches » qui se tient du 1er au 9 décembre.

Il est question de la tenue de réunions non mixtes ségrégationnistes où les « Blancs hétérosexuels » sont privés de tribune.

Fervents partisans de la liberté d’expression, nous prenons position contre cette initiative car la gauche étudiante jouit d’une appréciation de cette liberté qui lui est largement favorable. D’un côté, les provocations fielleuses sont autorisées, de l’autre, le traitement de certains thèmes d’actualité nous est formellement interdit. Volonté d’apaisement, qu’ils disent. Il ne faut pas choquer certains, paraît-il…

Le phénomène d’apartheid au nom de l’égalité a le vent en poupe (Nuit Debout, camp d’été décolonial, etc…). Une fois de plus l’indignation sélective guide les élites. Il s’agit du troisième « atelier de Paroles non blanches », preuve que personne ne les condamne fermement ni ne les interdit. Malgré la longévité d’une telle aberration, la couverture médiatique est nulle.

Qu’adviendrait-il si un mouvement étudiant intitulait un cycle de conférences « Paroles non noires, non jaunes et non métissées » ? Les Inrocks, Marianne, Le Monde et autres en feraient leurs choux gras. Ils n’attendent que ça. Pour l’instant, circulez, rien à voir.

Laisser un commentaire