L’UEP décrypte la loi asile et immigration : des brindilles face au raz-de-marée

Adoptée définitivement mercredi 1er août, la loi asile et immigration laisse une majorité présidentielle plus divisée que jamais. Des reliquats de gauche recyclés au sein du grand gouvernement central coagulent, ruent dans les brancards et se dressent contre une loi qu’ils estiment « injuste » et « dangereuse ».

Ainsi, le parti d’Emmanuel Macron se donne le beau rôle auprès des Français, qui sont en grande majorité favorables à une forte réduction de l’afflux d’immigrés. Le cirque des aveugles à l’Assemblée ferait presque passer Gérard Collomb pour un dur… Qu’en est-il réellement ?

Parmi les mesures du projet de loi ayant retenu l’attention des médias, on compte un serrage de vis au niveau de la rétention administrative (étendue) et du délai pour l’examen des demandes d’asile (raccourci). En outre, des obligations de quitter le territoire français pourront être délivrées même en cas de demande d’asile, lorsque le demandeur arrive d’un pays sûr, où lorsque ce demandeur a un profil dangereux.

Mis à part cela, selon la démographe Michèle Tribalat (1), aucune volonté sérieuse ne transparaît, au sein de ce projet de loi, pour limiter l’immigration. Certaines dispositions seront même susceptibles de renforcer l’appel d’air : d’abord par une volonté d’attirer les immigrés les plus qualifiés (extension du passeport-talent (2) et transposition de la directive « étudiants-chercheurs » (3)), ce qui d’emblée paraît nocif pour les pays de départ dont les forces vives et potentiellement porteuses de développement partent au Nord… Ensuite, le projet de loi va encore élargir le regroupement familial aux frères et aux sœurs, ce qui pourrait permettre à des familles étrangères d’envoyer un enfant « mineur » en éclaireur, en faire une « tête de pont » dans le pays d’accueil pour ensuite le rejoindre.

Si l’immigration irrégulière et clandestine est au centre des débats, la question de l’immigration régulière, elle, est pratiquement éludée. Or, le flux général d’étrangers – réguliers ou pas – n’a cessé d’augmenter ces dernières années, et risque d’augmenter plus encore dans les prochaines décennies : on ne saurait recommander assez la lecture du livre de Steven Smith, La ruée vers l’Europe, alarmant à ce sujet.

Il y a donc fort à craindre que ce projet de loi empire les choses au lieu de les améliorer. Le cinéma auquel nous avons eu droit de la part de l’aile senestre de l’Assemblée Nationale conforte les Français dans leur aspiration au renouvellement de cette classe politique. Notre pays souffre de l’absence de lucidité du chef d’Etat et du gouvernement concernant les questions migratoires. Rappelons-le : la population africaine va doubler d’ici 2050, quadrupler d’ici 2100 (4) et 42% des jeunes Africains souhaitent rejoindre l’Europe (5). Il y a à l’heure actuelle, au bas mot, neuf millions de pauvres en France et la société civile se fissure. « On n’intègre pas des peuples » alertait le Général de Gaulle en 1959. Il est temps d’envoyer un message clair : on ferme !

(1) http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2018/01/19/31003-20180119ARTFIG00289-loi-sur-l-immigration-michele-tribalat-decrypte-les-enjeux-du-texte.php

(2) Carte de séjour d’une durée maximale de 4 ans ayant pour objectif de « rendre plus lisible le droit au séjour des talents que la France veut accueillir en plus grand nombre. » Source : https://www.immigration.interieur.gouv.fr/Immigration/L-immigration-professionnelle/Le-passeport-talent

(3) Directive européenne dont l’objectif est de favoriser l’installation au sein de l’Union Européenne des ressortissants de pays tiers à des fins d’étude, de recherche, de formation… Une disposition relative au regroupement familial est également présente dans le texte de loi : les membres de la famille du ressortissant concerné par la directive peuvent également immigrer, être admis dans l’espace européen et bénéficier des dispositions qui concerne la mobilité à l’intérieur de l’Union : https://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/PDF/?uri=CELEX%3A32016L0801&rid=1

(4) https://www.lemonde.fr/demographie/article/2017/09/20/la-population-de-l-afrique-devrait-doubler-d-ici-2050-quadrupler-d-ici-2100_5188094_1652705.html

(5) http://www.jeuneafrique.com/539823/societe/stephen-smith-leurope-va-safricaniser-cest-inscrit-dans-les-faits/

Laisser un commentaire