Comme en 1956, la Hongrie résiste au diktat

Par application de l’article 7 TUE, la Hongrie s’est vu confisquer son droit de vote au Conseil. Son crime ? S’opposer à la venue de dizaines de milliers d’immigrants illégaux souhaitant forcer sa frontière, et, par ricochet, celle de l’Europe. Le vote a eu lieu au parlement « européen », réuni en tribunal populaire, avec l’intervention remarquée d’Eva Joly, dans le rôle d’Andreï Vyshinsky.

Rebelle, en 1956, contre le pacte de Varsovie bien avant son effondrement, la Hongrie joue à nouveau, en 2018, un rôle précurseur pour la liberté des nations d’Europe. Cette fois, pourtant, elle n’est plus seule : Italie, Pologne et République tchèque et Autriche la soutiennent.

Le peuple Français aussi, sait que Viktor Orban et la Hongrie ont raison.

En déclenchant une procédure de sanction contre la Hongrie, l’Union Européenne se déshonore, encore. En inculpant un pays libre agissant pour le bien de son peuple, elle se dénonce comme l’ennemi des peuples qu’elle prétend encore représenter.

Laisser un commentaire