Bravo François Legault !

Il semblerait qu’au Québec, le vent soit également en train de tourner. Dans une province ancrée dans un Canada acquis à toutes les lubies du multiculturalisme, un gouvernement dominé par le parti libéral de Justin Trudeau vient de laisser la place à un parti « nationaliste » non séparatiste, la Coalition Avenir Québec (CAQ).

Ce parti récent – sa création date de 2011 – est devenu majoritaire à l’assemblée nationale québécoise ce 1er octobre : François Legault, son président, homme d’affaires souvent comparé à Donald Trump, a donc pris la place du très libéral et multiculturaliste Philippe Couillard au poste de premier ministre de la province. Une bonne nouvelle, quand on se souvient de ce que le brillant essayiste Mathieu Bock-Côté avait dit de ce responsable politique, à savoir qu’il « regardait le peuple québécois comme un petit peuple inquiétant et dangereux si on ne l’encadre pas sévèrement par la charte canadienne ou par des leçons de morale antiracistes et politiquement correctes. » (Déclaration du 26/09/2017 sur BLVD 102.1).

Cette victoire est un signe qui ne trompe pas. Un signe de plus du grand changement qui affecte le monde occidental dans toute la diversité de ses peuples, qui ont soif de davantage de maîtrise sur leur propre destin et de respect de leur identité. Les perdants de ces élections, comme ceux de tous les autres pays occidentaux, doivent se rendre à l’évidence et abandonner leurs vieilles lunes nommées multiculturalisme, xénôlatrie, et immigration de masse : l’âge qui vient sera celui des peuples maîtres chez eux, ou ne sera pas !

Laisser un commentaire