Abandon du peuple et soumission aux « minorités » : Macron fait comme la gauche depuis près de 40 ans

Cela fait longtemps maintenant, que la prétendue défense du peuple ne fait plus recette à gauche. Depuis Mitterand, en fait. Depuis que les Trotskistes-Lambertistes ont pris le pouvoir au PS, par l’intermédiaire du PSU, dans les années 1980.

Pourquoi ce revirement ? pourquoi s’être désintéressé du peuple au profit des « minorités » ? Peut-être parce qu’à force d’incompétence et de brutalité, la gauche n’a plus fait recette au sein de la classe ouvrière, des agriculteurs et des petits indépendants. Ces électeurs s’en sont détournés quand ils ont compris dans quelle faillite le socialisme les menait à terme. Peut-être aussi parce que la gauche craignait qu’en défendant trop le petit peuple, il faille un jour défendre sa terre, promouvoir ses traditions, son âme – dans l’histoire le peuple est toujours patriote – choses que les agitateurs socialistes exècrent depuis quarante ans.

Alors pour garder le pouvoir, la gauche a fait appel aux allogènes et les a fait venir par millions. Ce sont leurs intérêts maintenant qu’elle défend. Le peuple français ne rapporte plus, qu’il crève donc la gueule ouverte. Elle semble loin l’époque où George Marchais appelait à un arrêt total de l’immigration officielle et clandestine pour protéger les emplois et endiguer la pression à la baisse sur les salaires.

Dernièrement encore, Martine Aubry a annoncé l’accélération du processus d’africanisation de la métropole lilloise. Le maire de Montreuil a quant à lui réquisitionné des bâtiments publics pour les clandestins. A-t-on souvenir qu’un tel élan de solidarité au profit d’étrangers, de la part d’un élu local socialiste ou communiste, s’accompagne d’un geste pour des SDF ? Par ailleurs, c’est désormais systématique, on fête le Ramadan à la Mairie de Paris, qui pourtant ne veut plus accueillir de crèches de Noël.

La situation est extrêmement préoccupante car Emmanuel Macron a récupéré cette stratégie. Son salut en 2022 passe même par une trahison plus radicale encore. Communistes, socialistes, Insoumis et désormais LREM ont donc pour dénominateur commun la préférence allogène et la soumission face aux islamistes. Leur électorat feint encore de les soutenir, en votant, jusqu’à ce qu’il n’ait plus besoin d’eux. Et plus besoin des Français.

Laisser un commentaire