« Homophobie », « islamophobie », « transphobie », « grossophobie », « glottophobie »… bref taisez-vous !

Nous finirons décidément étouffés, gavés comme dans la Grande bouffe… de politiquement correct ! Nous voici donc en présence de la « glottophobie », censée signifier plus ou moins, enfin on imagine, la haine ou le mépris de quelqu’un à raison de sa langue, de son accent ou de la façon dont il parle. Très intéressant le sens des priorités chez LREM !

Voici donc la dernière tendance novlangue des suffixes en « -phobie ». La novlangue que Jean-Yves le Gallou, dans son dictionnaire, qualifie d’outil médiatique de manipulation empêchant de percevoir la réalité. Soit vous faire comprendre une bonne fois pour toutes, que, si vous n’appréciez pas, par exemple, telle ou telle mauvaise habitude allogène, c’est juste pas peur ! certainement pas pour des raisons objectives hein !

Les phobies continuent ainsi de se répandre dangereusement… après homo-phobie, islamo-phobie, trans-phobie, grosso-phobie… il sera bientôt interdit de ne pas aimer quelqu’un tout court, ce sera l’atomo-phobie (atomos = personne en grec).

A propos, serait-il « glottophobe » de faire remarquer que « glottophobie » veut en réalité dire « peur de la glotte » ? Langage, en grec se dit « glossa » et non « glotta », quant à phobos il signifie « frayeur ou peur », et non « haine ». Passons, nous n’en sommes plus là, la logique est trop loin pour qu’on puisse la rattraper. Il est d’autres problèmes.

Parce qu’au delà du ridicule, la gauche ne fait pas que réarranger à sa sauce langues vivantes et mortes : derrière cela, ce sont à chaque fois des condamnations nouvelles. Des gens vont payer des amendes et des dommages intérêts à des victimes ou associations, voire passer du temps en prison en compagnie de dealers et d’assassins parce qu’ils ne se seront pas mis à jour des nouvelles trouvailles du pouvoir. Bref, adieu la liberté d’expression (d’opinion !) avec ce type de loi inepte.

Si la liberté d’expression et de conscience était un quartier de Paris, toutes les rues seraient coupées par des travaux de réaménagement perpétuels, nourrissant des entrepreneurs dont on ne doute pas qu’il seront reconnaissants les élections venues. Toutes sauf une : celle qui mène à science po à Saint Germain des Prés pour finir devant les locaux de Terra Nova.

Et encore, cette route est elle de plus en plus sinueuse : la preuve, les plus vieux riverains, comme le député Mélanchon, s’y perdent désormais comme des bleus (t’as pas honte de t’être moqué d’un accent ?) eux qui sont pourtant si rouges d’ordinaire. La Révolution mange toujours ses enfants, n’est-ce pas ? Avant d’atteindre l’estomac, ils passeront tous par la glotte. Espérons qu’ils n’aient pas peur !

Laisser un commentaire